Quand un parachute devient un boulet

Quand un parachute devient un boulet

Quoi faire quand notre plan de back up nous tire en fait vers le bas au lieu de nous sécuriser?

Vous avez déjà eu l’impression que ce qui devait être votre plan de back up, votre parachute, se transforme en quelque chose de lourd qui vous pèse?   Ça peut être ce gars-là qu’on fréquente de façon plus légère… mais auquel on est vaguement attachée et qui nous empêche de s’ouvrir à une vraie relation, comme ça peut être de travailler pour l’entreprise familiale parce que c’est facile et sécurisant, alors qu’en réalité vous vous empêchez d’ouvrir vos horizons à des choses qui auraient vraiment le potentiel d’être plus excitant pour vous.

Eh bien récemment, Cynthia a vécu une situation similaire et j’ai eu envie de vous en parler parce que… parfois on ne réalise pas que ce qui devrait être notre parachute est en fait un vrai boulet, et nous empêche d’accéder à la meilleure version de nous-même.

Et si on atteignait enfin nos buts?

Quand vous regardez vos buts, vos vrais de vrais buts, est-ce que vous êtes vraiment en mesure de dire que toutes les petites actions que vous êtes en train de prendre en ce moment sont enlignées avec ces buts-là? Je ne parle pas juste d’être en train de manger des légumes sur votre elliptique au moment de lire l’article si votre but est de perdre du poids, mais plus de choisir un rythme de vie, et de prendre des actions autant quotidiennes qu’à long terme pour atteindre ces but-là.

Ce qui s’est passé pour Cynthia, c’est qu’elle avait un congé sans solde à la SAQ qui prenait fin ce mois-ci, même si on est sur une subvention salariale d’un an pour partir La boite DIY.  Elle aurait pu techniquement travailler quelques heures par semaine pour garder son poste auprès de la SAQ afin d’avoir ce plan de back up si après 1 an de travail acharné, La boite DIY n’arrive pas à nous payer un salaire à nous deux.  Mais voilà le dilemme : en travaillant quelques heures à la SAQ pour maintenir son parachute d’après subvention salariale, elle se trouve aussi à diluer réellement l’énergie qu’elle met dans La boite DIY, et par le fait même diminuer les chances que l’entreprise prenne l’expansion requise pour nous payer des petits salaires à l’an 2. Vous voyez où je veux en venir?

 

Trouver ses vrais objectifs

Quel est votre but premier en ce moment? Est-ce que c’est d’acheter une maison? De trouver l’amour? D’obtenir une promotion au travail? Regardez autour de vous et prenez le temps de réfléchir…. Avez-vous des boulets invisibles? Ça peut être aussi simple que d’être inscrite à une revue qu’on lit à peine et qu’on paie quand même une fois par mois si notre objectif est d’économiser.  Est-ce que votre but c’est d’être heureuse? Avez-vous cette amie que vous voyez une fois par mois par habitude mais qui ne fait que se plaindre pendant l’heure et demie où vous prenez un café et vous ressortez de là le moral à plat?

 

Faire du ménage dans nos habitudes n’est vraiment pas facile.  Surtout lorsque cela veut dire qu’on doit dire adieu à des habitudes, des amis, ou encore des petits plaisirs qui étaient confortables.  Mais dites-vous une seule chose : si vous voulez que les choses changent, il faut que vous changiez quelque chose.  Alors visualisez où vous voulez vous rendre et trouvez ce qu’il faut mettre en place pour y arriver.

Osez changer!

Alors si vous avez la même routine depuis toujours, les mêmes habitudes et le même back up par sécurité, de peur de se lancer dans le vide, dites vous que les chances que vous atteignez votre but sont assez minces.  OSEZ! Et pas besoin de foutre en l’air la moitié de votre vie en même temps.  Allez-y tranquillement. Un petit changement par semaine et tranquillement, un changement positif en amènera un autre.  Croyez-moi. Vous allez vous retourner dans 6 mois en vous disant : « wow, c’est moi qui a parcouru tout ce chemin? ».

Mais une chose est sûre : vous êtes capables. Tant que vous mettez le doigt sur les bonnes batailles. Celles qui sont vraiment importantes pour vous et qui vous feront vraiment du bien, pas juste ce que vous sentez que les gens veulent voir de vous.  Pas besoin de venir zéro déchet, végétarienne et de commencer à s’entrainer pour un marathon dans la même semaine, si vous voyez ce que je veux dire…

Si vous venez de mettre le doigt sur des boulets invisibles grâce à cet article, écrivez-moi! Rien ne me ferait plus plaisir que d’essayer de vous aider à atteindre vos objectifs : laboitediy@gmail.com

 

 

 

 

 

 

Mijanou Colbert
laboitediy@gmail.com
5 Commentaires
  • Cynthia Lemay
    Cynthia Lemay
    Publié à 18:32h, 26 octobre Répondre

    J’adore!!

    • Mijanou
      Publié à 18:38h, 26 octobre Répondre

      Haha! Je pense que tu n’es pas 100% objective 🙂 Mais j’apprécie le commentaire!

  • Camille Martel
    Publié à 17:39h, 27 octobre Répondre

    Super intéressant! J’adore les petits pas! C’est vrai que des fois on visualise un objectif et on tente le tout pour le tout, mais au final… on laisse tomber. En enseignement on appelle ça un objectif SMART (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporel). Ça fait du sens dans mon travail, ça devrait faire du sens dans ma vie personnelle aussi! En tout cas, ça fait réfléchir! Merci!

  • annie.boivin
    Publié à 09:48h, 30 octobre Répondre

    Étant en plein dans une situation où je n’ose pas au cas où si je me plante…, ça me fait réfléchir encore plus. <> Oui, tu as raison. J’adopte.

  • Julie garneau picard
    Publié à 14:19h, 09 novembre Répondre

    Belle réflexion! Pertinente pour nous tous!

Écrire un commentaire