Mes 5 étapes de réduction de déchet 

Mes 5 étapes de réduction de déchet 

Comment réduire ses déchets au quotidien

On ne peut pas se le cacher, le mouvement zéro déchet prend de plus en plus d’ampleur.  Mais pour les initiés qui veulent tranquillement diminuer leur quantité de déchet non recyclable ou compostable, le mot ZÉRO peut parfois faire peur.  Je crois que c’est une transition qui prend du temps et de la volonté, et que les petites actions au quotidien sont les plus « payantes » pour diminuer ses déchets.

De mon côté, ma démarche a commencé grâce à une amie qui est vraiment rendue zéro déchet. Je doute me rendre là un jour mais je prends vraiment des mesures pour diminuer considérablement!  Elle m’inspire à tous les jours et m’a d’ailleurs lancé dans ma première étape de diminution de déchets.

 

Les lingettes démaquillantes :

Cette amie en question a lancé une magnifique compagnie qui s’appelle Fil&Coton, et qui fabrique de magnifiques lingettes démaquillantes réutilisables, ainsi que des mouchoirs lavables.  Imaginez une fille qui se maquille et démaquille à tous les jours en utilisant des serviettes jetables et des tampons jetables la quantité de déchets que cela produit en une année.  Et bien avec les lingettes lavables, elles sont encore plus douces pour le visage que les lingettes jetables, et on vient retirer 365, voire 730 petits tampons qui prendront des années à se décomposer dans les dépotoirs.

https://www.filetcoton.com/

Franchement, je trouve que c’est dans la salle de bain où il est le plus facile de diminuer les déchets, c’est comme s’il existe des solutions plus faciles et accessibles.  Ce qui m’amène à ma deuxième étape.

La diva cup :

Vous en avez peut-être déjà entendu parler, mais la coupe menstruelle est un remplacement réutilisable aux tampons ou aux serviettes sanitaires. Il s’agit d’une coupe en plastique qui récolte le sang des menstruations et qui peut donc être lavée à chaque jour (2 fois par jour) et réutilisée pendant près de 5 ans.  Pour les septiques, sachez que j’étais une des vôtres il n’y a même pas 4 mois de ça.  Mais quand je voyais la quantité de tampons que je jetais à chaque mois (en plus que les seuls que j’arrivais à utiliser étaient ceux avec l’applicateur en plastique (allô les déchets!), et bien je me suis dit que j’allais faire l’essai.  Ça n’a pas été un succès du premier coup. Disons que ça m’a pris 3-4 fois avant de réussir à bien la mettre sans que ça fasse mal ni que ça coule, mais maintenant, je ne m’en passerais pas.

Pour les voyageuses comme moi, imaginez partir en voyage avec une petite coupe (qui vient souvent avec sa pochette de transport en plus) que vous n’avez pas besoin de changer plus que 2 fois par jour (donc le matin en partant et le soir en arrivant) et donc plus besoin de votre boite de tampon de la marque que vous aimez dans votre sac! C’est pas mal d’espace de gagné!

La dernière étape de diminution de déchet que j’ai entamé dans la salle de bain est la suivante.

 

La brosse à dent en bambou:

On se fait dire par notre dentiste de changer notre brosse à dent aux trois mois.  Donc en un an, c’est 4 brosse à dent en plastique qui s’en va dans les vidanges et qui ne sera pas décomposé de votre vivant.  Sur une vie de 80 ans… c’est à peu près 320 petites brosses à dent dans les centre d’enfouissement, pour 1 personne seulement! Récemment, j’entendais de plus en plus parler des brosses à dent en bambou.  C’est une plante qui pousse rapidement (ça peut aller jusqu’à 1m par jour… fou ein?) et donc qui se renouvelle bien.  En plus, étant organique, elle se décompose bien.

Je voulais en acheter depuis un moment et quelle ne fut pas ma surprise quand j’en ai enfin trouvé… au Jean Coutu à côté de chez moi! Wow! On n’arrête pas le progrès. J’étais très contente de voir que l’emballage était biodégradable et fait en carton recyclable.  En plus, je l’adore et elle brosse très bien les dents. Pas besoin de toutes ces extras morceaux de plastiques qui sont supposés déloger la plaque comme jamais et ainsi te permettre de ne plus jamais aller chez le dentiste de TA VIE (non mais… à voir les annonces on dirait que c’est ça qu’ils disent).

Finalement, les deux dernière options dont je voulais te parler se passent dans la cuisine!

Le saran wrap réutilisable :

Ça faisait longtemps que je voyais des annonces et que j’en entendais parler mais je ne savais pas pas où commencer pour me faire du saran wrap réutilisable, et on a réalisé qu’on étaient pas les seules à avoir ce problème là.  Et bien, on a décidé d’attaquer le problème directement et… La boite DIY a décidé d’offrir ce projet là en abonnement mensuel, pour le mois de janvier.  (ps. Nos abonnements mensuels sont annulables en tout temps alors si tu voudrais recevoir juste ce projet-là, abonnes-toi sur notre site ICI avant 20 décembre (et spécifie dans les commentaires que c’est ce projet-là que tu veux) pour recevoir ce projet-là le 1er janvier, et tu pourras te désabonner dès que tu reçois la boite si tu veux).

C’est une solution toute simple : il s’agit de transformer, à l’aide de résine et de cire d’abeille, un tissu en une pellicule qui se plie et déplie en gardant la forme désirée. Elle se lave, ne prendre pas l’odeur des aliments et ne donne pas d’odeur aux aliments. C’est donc l’idéal pour ranger rapidement un petit morceau de fromage pour le lunch! La meilleure nouvelle? C’est que c’est lavable et réutilisable!

Parce que c’est ben cute d’utiliser des plats tupperware lavables, mais parfois, on fini avec un énorme sac de lunch avec 68 plats différents.  Alors c’est là que le saran wrap devient utile.  Il ne prend presque pas de place!

La dernière étape est la suivante :

Apporter nos propres contenants :

De plus en plus de places sont habituées à ce que tu arrives avec tes propres contenants pour acheter leur produit.  L’option la plus connue (et définitivement à privilégier) et d’apporter ta propre tasse à café thermos quand tu vas te chercher un café pour emporter. Par contre, ça va plus loin que ça! Si tu n’as pas la chance d’avoir une épicerie 0 déchet dans ton coin où tout est à vendre en vrac, maintenant les épiceries acceptent que tu apportes tes propres plats. J’achète donc ma viande directement du boucher (ou mes viandes de sandwich au comptoir de la charcuterie) avec mes plats tupperware et ils collent simplement l’étiquette de prix sur mon couvercle. Même chose à la boulangerie du coin qui mets avec grand plaisir mes chocolatines dans mes plats.   Vous pouvez aussi faire ça pour les restants au restaurant.  Si tu sais que tu ne finis jamais tes assiettes au resto, n’hésites pas à arriver avec un plat tupperware dans ta sacoche.  Non seulement ça va mieux se conserver une fois rendue dans ton frigo, ça t’évite d’utiliser un plat jetable, souvent en styromousse….

La morale de l’histoire?

La plupart des démarches pour diminuer ses déchets consistent en de petits gestes, souvent quotidiens, qui au début peuvent nécessiter un peu plus d’organisation (planifier apporter des plats à l’épicerie, donc ne plus arrêter à l’épicerie vite vite en revenant du travail), mais une fois que tu prends l’habitude, c’est vraiment valorisant de voir tes sacs de poubelles diminuer en volume de semaine en semaine.  Pour ma part, je ne vide pratiquement plus jamais la poubelle de ma salle de bain et c’est vraiment satisfaisant!!

Laissez-moi savoir en commentaire les autres démarches que vous faites pour réduire vos déchets? C’est toujours intéressant d’avoir des petits trucs des autres!

 

 

 

Mijanou Colbert
laboitediy@gmail.com
2 Commentaires
  • Alexandra Dim
    Publié à 16:14h, 01 décembre Répondre

    Bel article! Seul un petit commentaire, la diva cup n’est pas en plastique, mais bien en silicone. 🙂

    • Mijanou
      Publié à 13:11h, 03 décembre Répondre

      Merci Alexandra! Effectivement, tu as bien raison! J’ai fait la modification 🙂

Écrire un commentaire